OGM : Entre Terreur et Espoir…

16122007

En quelques années, ce qui était vécu par les chercheurs comme un pas de géant vers la maîtrise de l’hérédité est devenu aux yeux du public un épouvantail écologique, objet d’un rejet global d’une technique peu expliquée et mal comprise. Cette défiance s’est emparée des pouvoirs publics, avec comme conséquence le ralentissement de la recherche française en ce domaine, la commercialisation de produits contenant ces fameux organismes génétiquement modifiés n’étant pas interrompue. Dangers réels ou supposés, le fait est que les firmes de production de semences ont pris un avantage certain dans la course au dépôt de brevet, ce qui n’est pas en soi une bonne nouvelle. Alors que le conseil des ministres devait adopter, mercredi dernier, un projet de loi qui encadre les cultures et les essais d’organismes génétiquement modifiés, un rappel sur ce que sont les OGM s’impose.

Du croisement des pois de Mendel aux céréales transgéniques de Monsanto.

Depuis que la vie est apparue sur Terre, un phénomène naturel, spontané ou induit, mais dans tous les cas lié au hasard, régule l’évolution des espèces : la mutation. Elle apporte une modification héréditaire au niveau d’un gène qui, si elle n’est pas létale, pourra être transmise aux générations suivantes. Ainsi, un individu va se distinguer parmi les siens, et peut-être gagner en performance. Au fil du temps, des plantes ont pu ainsi développer des résistances à des virus ou à des insectes, ou réussir à s’adapter à un terrain hostile, trop froid, trop chaud, trop sec…, et conquérir de nouveaux territoires. S’appuyant sur les qualités de certaines variétés, l’amélioration de nos plantes de culture s’est faite d’abord par croisement et sélection, pour améliorer le rendement, la qualité, la présentation. Puis on s’est intéressé à des gènes qui appartenaient à d’autres espèces, et que l’on ne pouvait transmettre par croisement. Pour franchir cette barrière, les OGM sont nés. Les chercheurs se sont appuyés sur les progrès du génie génétique capable non seulement d’isoler un gène, de déterminer son rôle, mais aussi de l’insérer dans des structures comme les plasmides – qui sont des anneaux fermés d’ADN caractéristiques des bactéries ou des virus -bien plus résistantes. Ces protocoles de biologie moléculaire ont permis in fine de mettre au point plusieurs techniques reproductibles de transformation génétique d’une cellule : l’OGM était né.
Parmi ces techniques, deux approches fondamentalement opposées : la biolistique et les vecteurs bactériens. La première consistait à agglomérer des plasmides d’ADN portant le gène à insérer sur des billes d’or de 1 micron de diamètre, et de bombarder de ces billes des cellules à l’aide d’un canon dit canon à particules. Un certain nombre de cellules exprimaient le nouveau gène, mais peu en réalité conservaient cette expression. L’autre technique visait à utiliser le caractère infectieux d’une bactérie, agrobactérium. En effet, cette bactérie infecte les cellules végétales pour se multiplier. En remplaçant l’ADN bactérien par un plasmide contenant le gène à insérer, on disposait d’un vecteur précis et efficace.
L’obtention d’OGM est maîtrisée aujourd’hui, tous les enjeux sont dans la sélection des gènes à insérer et les brevets qui y sont associés.

 

fabricationtransgnique.jpg


Des gènes plus ou moins pertinents et plus ou moins contrôlés.

Issu d’un végétal, d’une bactérie, voire d’une cellule animale, le gène sélectionné va « améliorer » la plante, en lui conférant un meilleur rendement, une tolérance aux stress abiotiques – sécheresse, salinité de l’eau – ou encore une résistance à ses prédateurs, virus, bactéries, insectes – par la sécrétion de toxines , ou bien la capacité de synthétiser une molécule intéressante pour l’alimentation humaine ou animale, comme une vitamine ou un antibiotique. « L’amélioration » des plantes ne s’arrête pas là dans l’esprit des industriels. Le mûrissement de la tomate, par exemple, a été étudié dans le but d’obtenir des tomates dont l’aspect resterait flatteur malgré un stockage un peu trop long.

OGM ou non OGM ?

Pour contrôler l’expression du gène, on agit sur son promoteur – petite séquence codée située en amont du gène et qui régule son expression – pour la restreindre uniquement à une partie de la plante, la tige par exemple, ou seulement en réponse à une agression, ou encore à un moment donné de la vie du végétal. Mais l’expérience démontre combien l’expression d’un gène est plurifactorielle, laissant hors de notre portée sa maîtrise totale. Hybridé, pour rendre instables les nouvelles qualités – les gènes qui les portent ne sont pas forcement dominants – l’OGM ne peut pas être utilisé après récolte pour réensemencer les champs. Ce choix, qui semble aller dans le sens de la protection de la biodiversité, reste néanmoins très profitable aux semenciers qui tiennent ainsi les agriculteurs, dans l’impossibilité de semer du grain de la récolte précédente. Les procès, intentés et gagnés par le numéro un des semences dans le monde contre des céréaliers américains, montrent que même dépourvu de ses qualités particulières, un OGM reste un OGM. Ces fermiers, dont les stocks de semences classiques avaient été contaminés par quelques traces d’OGM, ont été reconnus coupables d’usage sans licence de semences brevetées, et ruinés.

Séparer le bon grain de l’ivraie.

Le premier danger, dénoncé par les écologistes, est de voir s’échapper dans la nature des gènes susceptibles de poser des problèmes.
Le risque est à relativiser selon d’abord le gène transféré. Lorsqu’il s’agit de compenser des carences alimentaires, avec par exemple le riz « doré » qui synthétise le bêta carotène, précurseur de la vitamine A, dont la carence est à l’origine de nombreuses cécités dans le Tiers-monde, les incidences sur la biodiversité peuvent être négligées. Mais la production de riz tolérant à certains herbicides que procure le gène Bar issu d’une autre bactérie, Streptomyces hygroscorpicus, le risque de voir cette tolérance propagée dans l’écosystème est d’une tout autre nature.
Il est ensuite à relativiser selon la plante qui l’exprime. Le colza ou encore le riz sont des végétaux au fort potentiel de croisement avec des espèces sauvages. Ils représentent donc un risque majeur. Or, ils font partie des OGM les plus récoltés. A l’inverse, le bananier ne produit de bananes comestibles que s’il est stérile. Cette stérilité garantit le confinement du gène. Mais il ne peut rien contre un autre danger, l’émergence de parasites (virus, bactéries, insectes…) résistants aux toxines que le végétal a appris à produire. C’est le cas avec le coton ou le riz OGM porteurs du gène codant pour la synthèse du Bt, une toxine produite par une bactérie, Bacillus thuringiensis, et qui tuent les insectes de la famille des pyrales. Seule parade, la création de zones tampon, vierges de coton ou riz Bt, permettant de « noyer » les insectes résistants dans une population sensible majoritaire.
Enfin, l’utilisation de gène exprimant des toxines représente un risque alimentaire pour les populations, mal quantifié. L’absence de toxines dans la partie comestible du végétal est difficilement maîtrisable, malgré les possibilités qu’offrent les promoteurs des gènes (cf. plus haut). A cette question de santé publique, les industriels répondent que le risque est moindre face aux quantités d’insecticides et fongicides qu’il faut utiliser pour un même résultat. Moindre mal ? L’avenir le dira.

L’Europe, dernier îlot de la lutte anti-OGM.

Le manque de recul et les incertitudes quant au fonctionnement parfait des promoteurs, la méconnaissance des cascades de régulation et, en particulier, des nouvelles interactions qui peuvent se produire dans l’OGM, n’ont pas empêché ce marché de se développer, notamment aux Etats-Unis, où il est désormais la norme. Mais le danger immédiat vient de l’Est. En effet, la Chine a annoncé sa volonté de nourrir 1 milliard d’individus avec du riz transgénique à partir de 2006. Or, malgré des discours rassurants, il est à craindre qu’à l’instar du coton Bt, les riz OGM ne se propagent jusque dans les zones protégées, par le simple fait d’échanges de semences entre agriculteurs. Diffusion incontrôlée des semences, absence de zones tampons, manque de recul sur les conséquences d’ingestion de toxines par les consommateurs, la précipitation de la Chine, portée par la nouvelle économie des biotechnologies, risque fort de réduire à néant les mesures prises en Europe pour éviter une catastrophe écologique et sanitaire. Car le risque encouru pour la biodiversité n’a pas de frontières. En retard d’une bataille, les laboratoires français sont définitivement hors-jeu. En France, la lutte contre les OGM s’est peut-être trompée d’adversaire. La recherche publique, dont des années de travaux ont été anéanties par des fauchages de champs expérimentaux et des destructions de serres, a été ralentie dans son effort au profit des pays sous-développés, alors que les grands semenciers ont profité de la situation pour s’installer dans une position de monopole. La réflexion préalable qui aurait dû avoir lieu pour poser des garde-fous et nous conduire à nous déterminer quant à notre place dans notre environnement n’aura pas lieu.
Au fond, pouvait-il en être autrement ? Arrivés trop tôt dans nos assiettes, les OGM portent peut-être l’espoir de nourrir les 8 à 9 milliards d’êtres humains annoncés pour 2050, tout en inspirant un sentiment de terreur aux occidentaux qui commencent à prendre conscience de la nécessité de préserver la biodiversité. Sciences naturelles, sciences économiques et sciences politiques ne parlent décidément pas le même langage.

Source : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=7199




CARTE DES PAYS PRODUCTEURS D’OGM

13122007

ogmmonde2005lrg.gif

Cliquez sur l’image pour l’agrandir…

 




EVOLUTION DES CULTURES OGM DANS LE MONDE & PAYS PRODUCTEURS

13122007

graph1.jpg

 

graph2.jpg

 

 

 

 

graph5.jpg

 

graph4.jpg

 

graph3.jpg




FRANCE : LES OGM SE REPANDENT DANS LE SECRET

13122007

OGMAlors que le 31 août dernier, la Commission européenne a autorisé, contre l’avis d’une majorité d’Etats-Membres, l’importation d’un colza transgénique de la firme Monsanto, les chiffres révélés aujourd’hui par le Figaro montrent que la culture d’OGM sur le territoire français a considérablement augmenté en un an, sans qu’aucune information n’ait été publiée.

 

 

« Pour la première fois, des agriculteurs ont cultivé cette année en France plus de mille hectares de maïs transgénique, une information gardée jusqu’ici secrète au ministère de l’Agriculture », révèle le Figaro daté du 6 septembre. Plantées dans 12 départements, dont une majorité dans le Sud-ouest, ces cultures sont passées de 17,5 hectares à environ un millier en l’espace d’un an, sans que la population, -locale et nationale- n’en soit informée. Selon le quotidien, les chiffres du ministère de l’agriculture font état d’au moins 500 hectares cultivés, « mais la superficie réelle – sûrement très supérieure – est inconnue ». De fait la déclaration, par les agriculteurs, des cultures OGM, n’a pas été rendue obligatoire en Europe. Un vide juridique qui explique que ces informations ont pu rester confidentielles –et continuent à l’être, puisque aucun chiffre précis n’a encore été donné par les autorités. Par ailleurs, même si la France n’a pas autorisé la consommation d’un OGM, celui-ci peut être cultivé sur le sol français pour être vendu dans un autre pays de l’Union. C’est le cas dans les départements du Sud-Ouest, qui commercialisent leurs cultures en Espagne pour la consommation animale.
Outre son manque de transparence dans ce dossier, la France fait preuve d’une grande inertie face au volet réglementaire qu’elle est censée mettre en œuvre depuis 2001. En effet, elle n’a a toujours pas transposé la directive européenne 2001/18/CE, qui vise à contrôler la dissémination d’OGM dans l’environnement, que ce soit à des fins expérimentales ou commerciales, et qui exige également d’évaluer tous les risques que les cultures transgéniques comportent pour l’environnement. Rappelée plusieurs fois à l’ordre par la Commission européenne, la France ne peut donc toujours pas, à l’heure actuelle, garantir que les cultures conventionnelles ne sont pas contaminées par les OGM. De même, elle ne remplit pas « l’obligation d’information du public » contenue dans cette directive, ce qui a amené plusieurs régions et départements français à s’auto-proclamer « territoires sans OGM », rejoignant ainsi le réseau européen des régions « non OGM ».

Feu vert de la Commission contre l’avis des Etats-membres

Très récemment, la Commission européenne s’est également illustrée dans ce dossier en prenant une décision contre l’avis d’une majorité d’Etats-membres. Le 31 août dernier, elle a en effet approuvé, pour la consommation animale, l’importation d’une variété de colza transgénique (le « GT 73 ») de la firme Monsanto, OGM pour lequel aucun consensus n’avait été trouvé. Refusé par les ministres européens en raison du manque d’informations sur les risques environnementaux, -en particulier sur la probabilité de dissémination- cet OGM a fini par être autorisé par la Commission, à qui revient la décision finale. Réagissant à cette décision, les Amis de la Terre demandent aux Etats-membres de faire valoir la « clause de sauvegarde », une disposition qui leur permet d’interdire des plantes OGM qui ont déjà été autorisés au niveau de l’Union Européenne, à condition de fournir de nouveaux éléments sanitaires ou environnementaux pour justifier leur décision. «
Non seulement la Commission a ignoré l’opinion de 19 ministres de l’environnement européens ainsi que l’existence de nouveaux faits scientifiques récents, mais elle laisse aussi Monsanto libre de contaminer l’environnement, affirme Helen Holder, coordonnatrice au niveau européen de la campagne OGM. C’est maintenant aux Etats-membres de prendre les choses en main et d’imposer des interdictions nationales contre cet OGM. »

Sources : http://www.novethic.fr/novethic/site/article/index.jsp?id=94620

 







Chez Florence |
PAVILLON GIGOUX. PORTE 113 |
Jean-Charles Tassan Sup de ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dracus
| medievaltrip
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...